Recherche Axes de recherche Axe 4 Expérimentations urbaines

Expérimentations urbaines
au Japon, quelles leçons pour la France ?

Les Jeux Olympiques et Paralympiques, un facilitateur pour les expérimentations urbaines

Awaiting © Louise Claire Wagner, 2020

Tandis que les Jeux précédents étaient l’occasion de démontrer la puissance des villes et des États par la construction de grandes infrastructures, les organisateurs des deux prochaines éditions à Tokyo puis à Paris cherchent à s’appuyer sur leurs nombreuses infrastructures préexistantes.

Les Jeux de 2021 et 2024 sont présentés comme l’incarnation de la bonne gestion, de la cohésion sociale et territoriale et de la sobriété écologique. L’objectif est de ne pas « bousculer » la ville, mais d’en accompagner les dynamiques, à travers notamment le développement et l’amélioration des transports en commun. Les ambitions ne sont plus aux grands projets mais à l’expérimentation de solutions de mobilités durables et complémentaires.

Les Jeux de Tokyo 2020 reportés en 2021 sont les premières olympiades déprogrammées en temps de paix. La gestion de la pandémie par le gouvernement japonais et des préparatifs par le gouvernement métropolitain sera scrutée par les organisateurs de Pékin 2022 et Paris 2024. Non seulement l’organisation risque d’être ébranlée, mais les expérimentations prévues, l’aménagement des sites, la concentration des spectateurs devront être modifiées pour s’adapter à un nouveau contexte. Après l’annulation de l’édition de 1940, Tokyo devient la première ville à connaître deux déprogrammations. A tous égards, Tokyo 2020-2021 sera un évènement exceptionnel.

L’objectif de ce programme de recherche est d’identifier dans quelles conditions les Jeux Olympiques, par la capacité qu’ils donnent aux acteurs de la ville de mobiliser les ressources nécessaires à l’amélioration des performances urbaines, peuvent servir de tremplin à des transformations profondes des mobilités urbaines.

Partenariats et comité scientifique

Coordonné par Alexandre Faure, post-doctorant à la FFJ, ce projet s’appuie sur une équipe de chercheur·es basé·es en France et au Japon parmi lesquels :

  • Brice Laurent (Mines ParisTech, chargé de recherche) ;
  • Soichiro Minami (Policy Research Institute for Land, Infrastructure, Transport and Tourism, chargé de recherche) ;
  • Oussouby Sacko (Université Kyoto Seika, président et professeur) ;
  • Louise Claire Wagner (Université Sophia et université Paris Nanterre, doctorante et photographe) …

Ce projet est également au cœur de nombreux partenariats tels que :

  • Université de Kyoto Seika ;
  • Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord ;
  • Maison de la Culture du Japon à Paris ;
  • Toshiba International Foundation ;
  • Magazine Diplomatie…

Événements 

Ce projet s’organise autour de deux événements scientifiques qui se tiennent fin 2020 en France et fin 2021 au Japon. La première édition est constituée d’une conférence grand public qui se tient le 8 décembre à la Maison de la Culture du Japon à Paris (MCJP) et d’une journée d’étude le 9 décembre sur le Campus Condorcet à Aubervilliers, plus grand campus d’Europe en SHS, construit sur le site du village olympique initialement prévu dans la candidature de Paris aux JO 2008. Ces manifestations s’appuient sur une exposition de photographies rendant compte des terrains réalisés à Tokyo.
En savoir plus

Exposition

Tokyo 2020-2021, l'héritage urbain olympique face aux conséquences incertaines d'un report

Après 1964, les Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo 2020 (reportés en 2021) devraient mettre en lumière une ville globale aux multiples facettes, tout en renforçant l'image d'un Japon reconstruit après les catastrophes de 2011. Produite par des jeunes chercheurs en sciences sociales, cette exposition mêlera panneaux scientifiques et clichés photographiques. Elle présentera les enjeux urbains des Jeux de Tokyo, depuis la rénovation de l'héritage de 1964 au réinvestissement des espaces du front de mer, en passant par un bilan provisoire des conséquences du report.