À PROPOS Chercheurs invités Marion LAGADIC

Marion LAGADIC

Doctorante
Université d’Oxford

Marion Lagadic est doctorante en développement urbain durable (DPhil in Sustainable Urban Development) à l’Université d’Oxford. Ses recherches portent sur le lien entre pratique du vélo et genre dans le contexte des villes japonaises.

En Europe Occidentale et en Amérique du Nord, la mobilité durable n’est pas inclusive sur le plan du genre : la grande majorité des cyclistes urbains sont des hommes - 60% à Paris, 70% à Londres, 80% à New York (Pucher & Buehler, 2012; STIF-OMNIL-DRIEA, 2010; TfL, 2015) - et même quand la pratique du vélo se développe, les profils des cyclistes ne se diversifient que peu (Aldred et al., 2016). Au Japon, l’inverse est vrai: la majorité des cyclistes en ville sont des femmes, et la pratique du vélo est culturellement associée à l’image de la mère de famille sur son vélo mamachari.

Les recherches de Marion Lagadic portent sur cette dimension genrée de la pratique du vélo au Japon. Elles interrogent les résultats issus d’études de cas occidentales qui font aujourd’hui autorité: les femmes feraient moins de vélo, d’abord, parce qu’elles seraient plus averses au risque, et ensuite, car leurs mobilités seraient plus complexes en raison du partage inégal des responsabilités domestiques. Au Japon, les femmes réalisent en moyenne 29 heures de tâches ménagères par semaine, tandis que les hommes n’investissent que 2 heures par semaine dans ces mêmes tâches (Shirahase, 2014, p. 134). Les femmes japonaises ont fait du vélo un outil d’optimisation de leur temps dans ce contexte précis des mobilités complexes.

Thèmes de recherche : Développement urbain durable, mobilité durable, dimension de genre des pratiques cyclistes au Japon.

Page académique

Collaboration avec la FFJ

Chaire FFJ/Fondation Michelin 2021
Séjour : 2021-2022
Axe 4

En tant que lauréate de la Chaire FFJ/Fondation Michelin, Marion Lagadic explorera les facteurs politiques, économiques et urbains qui, en structurant le quotidien vécu selon le genre, structurent également les mobilités, dont celles à vélo. L’étude du cas du Japon permettra de s’extraire des résultats occidentaux universalisés pour mieux comprendre les processus multiples, et parfois contradictoires, qui expliquent les différences genrées dans les pratiques de mobilité. Ces recherches, menées à l’EHESS, contribueront au développement d’un nouveau cadre d’analyse qui permettra d’étudier les pratiques de mobilité en prenant en compte ces facteurs macro qui structurent le quotidien (accès à l’emploi à temps plein, état social permettant de continuer à travailler en élevant un enfant, dynamiques urbaines structurant la géographie du quotidien), et ainsi, de réaliser des études comparatives dépassant l’argument de la « culture vélo ».

Chaire FFJ/Fondation Michelin


Publications

Lagadic, Marion. "Along the London Overground: Transport Improvements, Gentrification, and Symbolic Ownership along London’s Trendiest Line." City & Community 18.3 (2019): 1003-027.
https://doi.org/10.1111/cico.12414

Lagadic, Marion, Alia Verloes, and Nicolas Louvet. "Can Carsharing Services Be Profitable? A Critical Review of Established and Developing Business Models." Transport Policy 77 (2019): 68-78.
https://doi.org/10.1016/j.tranpol.2019.02.006

Reviewer for Transportation Research Record and Transport Policy.

Références

Aldred, R., Woodcock, J., & Goodman, A. (2016). Does More Cycling Mean More Diversity in Cycling? Transport Reviews, 36(1), 28-44.
https://doi.org/10.1080/01441647.2015.1014451

Pucher, J., & Buehler, R. (2012). City cycling. MIT Press.

Shirahase, S. (2014). Social inequality in Japan. Routledge.

STIF-OMNIL-DRIEA. (2010). Enquête Globale Transport.

TfL. (2015). Travel in London: report 8
(
http://content.tfl.gov.uk/travel-in-london-report-8.pdf)